La méthode de la préoccupation partagée

C’est dans les Hauts de Seine que cette expérimentation a débuté en 2014. Avec l’appui de JP Bellon une formation à la méthode de la préoccupation partagée (dite PIKAS) a été dispensée.

 Sous le pilotage d’un directeur d’école, IEN, Chef d’établissement, une équipe multicatégorielle est formée au repérage du harcèlement et au traitement des situations simples. Ces personnels, dans une posture non blâmante, dialoguent avec l’intimidateur et les témoins proches pour les amener à changer de comportement vis-à-vis de la cible.

 Projet de territoire, ces pôles ne forment pas des experts mais des personnels pouvant prendre en charge des situations débutantes. Ainsi en autonomisant les écoles et les établissements, le nombre de situations a baissé dans les établissements et, si ce n’est pas le cas, le recours à des personnes extérieures (réseau des référents harcèlement, police gendarmerie) se fait de moins en moins.

 Ces équipes formées permettent également d’instituer un climat scolaire amélioré et de faire vivre le plan de prévention contre le harcèlement mettant l’école ou l’établissement dans un cercle d’amélioration continue de son climat.

 Fort de cette expérience, le déploiement sur l’académie débute en 2017-2018. Ainsi aux 110 pôles ressources à ce jour dans les Hauts de Seine, il faut ajouter 2 territoires pour les départements des Yvelines et du Val d’Oise et 1 territoire pour l’Essonne.

le lien pour le site de JP BELLON: http://www.preoccupationpartagee.org/

le lien des docs nationaux

https://www.reseau-canope.fr/climatscolaire/agir/ressource/ressourceId/la-methode-de-la-preoccupation-partagee.html

 

Les commentaires sont fermés.